Return to site

5 challenges des parents qui élèvent un enfant à haut potentiel

Et pourquoi ça vaut le coup de les relever !

Être l’heureux parent d’un enfant « précoce » ou à « haut potentiel » n’est pas nécessairement une sinécure !

Derrière des facilités d’apprentissages ou des questions existentielles qui peuvent constituer une source de fierté, le quotidien avec ces petits zèbres n’est pas toujours de tout repos.

Certains parents vont jusqu’à dire qu’ils sont plus difficiles à élever que d’autres enfants.

J’ai recensé 5 challenges inattendus des parents d’enfants à haut potentiel.

Je vous les livre dans cet article, et surtout, je vous explique pourquoi ça vaut le coup de les relever ;-)

#1 Cultiver le goût de l’effort

De nombreux enfants à haut potentiel manifestent une telle motivation intrinsèque pour comprendre ou apprendre, qu’ils semblent ne pas avoir à faire d’effort dans leurs différents apprentissages.

Leurs capacités de mémorisation et d’abstraction sont de réels atouts dans leur scolarité.

Mais ces mêmes capacités peuvent leur jouer des tours si elles ne leur permettent pas de faire face à des difficultés, pour apprendre à les vivre le plus sereinement possible et découvrir comment les surmonter.

Cultiver le goût de l’effort est le challenge des parents d’enfants pour qui les apprentissages semblent toujours se faire avec facilité.

C’est un challenge qu’il est essentiel de relever pour développer leur persévérance, éviter les pièges du perfectionnisme et savoir faire face aux difficultés qui ne manqueront pas de se présenter.

#2 Trouver la meilleure parade à l’ennui

Quand leur enfant à haut potentiel se plaint de s’ennuyer en classe ou dans d’autres contextes, certains parents craignent (à juste titre) les conséquences de cet ennui (désintérêt, désinvestissement mais aussi agitation et difficultés de concentration) mais cherchent à l’éviter par des réponses qui risquent de le renforcer.

Le meilleur remède à l’ennui n’est pas nécessairement d’aller plus vite ou plus loin (par exemple en sautant une classe), mais plutôt de rechercher de nouveaux intérêts dans une même situation.

La leçon de mathématiques semble une redite ? La question à se poser est alors : sur quoi l’enfant peut-il porter son attention de manière acceptable et adaptée ?

Plusieurs stratégies pourront lui être proposées : l’inviter à porter son attention sur d’autres « niveaux » de la leçon, comme la façon dont l’enseignant répond aux questions ou résout les difficultés (on parle alors de position « méta ») ou lui proposer des responsabilités différentes (« tutorat » d’autres élèves, exposés sur des thèmes complémentaires, …)

Légitimer trop volontiers l’ennui d’un jeune enfant - fut-il à haut potentiel - c’est lui faire courir le risque de :

  • Vivre davantage encore cet ennui dans d’autres situations (l’ennui à l’école ne disparaît pas nécessairement avec le saut d’une - ni même plusieurs - classe(s) ).
  • Créer un décalage qui peut s’avérer délétère pour sa socialisation et sa relation aux autres, notamment en validant un sentiment d’une certaine « supériorité ».

Le challenge pour les parents, est d’éviter de légitimer trop souvent l’ennui exprimé par leur enfant afin de lui apporter les réponses les plus adaptées.

#3 Leur apprendre à nourrir leur soif de découvertes

Un troisième challenge pour les parents d’enfants à haut potentiel assoiffés de connaissance est de leur apprendre à se « nourrir ».

Pour les enfants curieux très petits, les parents trouveront d’abord facile d’apporter les réponses et d’alimenter les intérêts (dinosaures, planètes, …).

Mais à mesure que l’enfant grandit, les sujets qu’il investit pourraient devenir moins familiers pour ses parents qui commencent alors à exprimer le sentiment d’être « en limites de compétences ».

L’intérêt est de ne pas laisser croire à l’enfant (même jeune) que les adultes sont omniscients mais aussi de développer son autonomie et son esprit critique.

« Je ne sais pas » est une réponse qui permettra parfois à notre enfant d’en apprendre davantage encore : vers qui se tourner ? Comment obtenir cette réponse ?…

#4 Leur permettre d’apprivoiser leur hypersensibilité

Bien qu’elle puisse prendre des formes d’expression variée, l’hypersensibilité est reconnue par l’équipe de recherche de F. Nusbaum, O. Revol et D. Sappey-Marinier comme un trait caractéristique du haut potentiel.

Elle se traduit par des seuils de perception abaissés pour les perceptions sensorielles et proprioceptives mais aussi les marques émotionnelles.

Sans sous estimer l’inconfort que peut générer une hyperacuité de ce qui peut paraître des « détails » (un changement subtil, une étiquette qui gratte, …), il n’est pas non plus souhaitable de chercher à systématiquement en préserver l’enfant.

Mieux connaître l’hypersensibilité est une étape incontournable pour découvrir comment la vivre plus sereinement.

Le challenge des parents est alors de découvrir les stratégies qui aideront leur enfant à la percevoir et découvrir ce qui permet d’en faire une force plutôt qu’une source de vulnérabilité.

#5 Apaiser leur sentiment d’injustice

Si l’intolérance à l’injustice est une caractéristique de nombreuses personnes à haut potentiel, elle peut néanmoins prendre des « points de vue » (vis-à-vis de soi / autrui) et des manifestations très variées (opposition, prendre les chose très à coeur, défendre des causes, …).

Les enfants à haut potentiel peuvent être très fortement déstabilisés par le non-respect de certaines règles par d’autres (adultes ou enfants) mais aussi par l’arbitraire de ces mêmes règles.

Leur besoin de percevoir la légitimité des règles et de les comprendre doit être nourri pour leur permettre de les accepter.

Le challenge pour les parents est d’apaiser le sentiment d’injustice pour éviter les frustrations et réactions d’opposition, de provocation ou de défiance qu’il peut déclencher.

Vous êtes l’heureux parent d’un ou plusieurs enfants à haut potentiel ?

Quels sont vos challenges du moment ?

Envie de faire le point sur le quotidien avec votre enfant ?

Je vous invite à télécharger mon eBook gratuit pour faire le point sur les moments les plus "cool" et les plus "chauds" de vos journées de parents.

Créneau "bain-repas-coucher", départs le matin, ...

J'y ai recensé 20 moments incontournables de nos journées de parents, qui sont les "temps-forts" de notre quotidien avec de jeunes enfants.

Découvrez ceux auxquels être attentifs et mettez toutes les chances de votre côté de vivre un quotidien paisible avec vos enfants !

L’auteure. Je suis Céline Syritellis et je suis coach parentale. J’ai créé Paizi pour aider les parents à retrouver un quotidien paisible avec leurs enfants. Je leur propose des solutions personnalisées pour profiter du quotidien avec leurs enfants et construire avec eux une relation riche et solide, qui leur permettra de devenir plus tard des adultes épanouis.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly