Return to site

3 moments « sous haute tension » dans la journée d’un enfant hypersensible

... et de ses parents !

· A hauteur d'enfant,Profiter ensemble

« Hypersensible » est un mot qui semble bien résumer la personnalité de votre enfant ?

Ce côté « à fleur de peau », qui fait le charme de votre enfant, a aussi tendance à rendre infernal votre quotidien de parents…

Avez-vous déjà remarqué que certains moments de la journée sont plus propices aux « crises » ?

Ces moments où la réaction de votre enfant peut vous paraître « too much » et totalement disproportionnée ?

Et pas de chance, c’est toujours dans les coups de sprint de votre journée de maman que ça éclate ! Quand il faut partir à l’heure le matin ou rentrer vite le soir… quand le temps vous manque pour être aussi disponible, patiente et bienveillante que vous le souhaiteriez !

Dans cet article, j’ai recensé pour vous trois moments de la journée où tout peu basculer pour « un rien » ... en apparence !

#1 Les fins de matinées et/ou fins de journées.

Quand j’interroge les parents d’enfants hypersensibles sur le moment où surviennent ces « colères » ou « tempêtes émotionnelles » intenses qui les caractérisent, les réponses sont unanimes : fin de matinée ou fin de journée !

Ce qui caractérise ces moments-là ? Ce sont ceux où votre enfant est le plus susceptible de se sentir fatigué mais aussi d’avoir faim ou soif.

Faim, soif, fatigue, ce sont les ennemis numéro 1 de tous les enfants. Mais c’est plus vrai encore pour les petits hypersensibles dont les seuils de tolérance sont plus bas et les réactions plus intenses.

Le problème, c’est que plus les enfants sont jeunes, moins ils sont capables de décrypter ces signaux et nous donner les clés pour les apaiser :-(

« Tout a basculé quand je lui ai dit que je ne pouvais pas le porter parce que j’étais trop chargée avec les courses et la poussette »

La faim qui monte juste avant le déjeuner ou au moment de la sortie d’école ?

Le gros rhume qui a généré davantage de fatigue ?

La soif après une matinée à jouer dehors ?

Et si c’étaient là les véritables déclencheurs des « crises » qui sont trop fréquentes à votre goût ?…

Quand ces besoins primaires ne sont pas satisfaits, le moindre « non » ou le moindre effort demandé (marcher, se dépêcher, …) peut déclencher ces réactions intenses qui semblent caractériser votre enfant.

Anticiper ces besoins ou mieux comprendre leur influence quand la crise éclate s’avère souvent salvateur !

#2 Les moments de transition, quand il faut partir ou quitter la maison.

Les chaussures qu’il refuse d’enfiler ?

Le bonnet qu’elle ne trouve pas à son goût alors qu'il faut partir (et vite !) ?

...

Ces scènes sont-elles devenues des grands-classiques des moments les plus désagréables de votre quotidien ?

Chaque nouvel accompagnement de parents d'enfant(s) hypersensible(s) me confirme à chaque fois cet étrange point commun : ces enfants-là n’aiment pas les départs et les moments de transition.

Les choses se passent souvent de la même façon.

Tout semble aller plutôt bien avant : votre enfant joue ou est occupé dans une activité qui l’absorbe. Et quand vous annoncez le moment du départ, tout bascule ! Quelque chose qui manque, un « non » que donnez en réponse à sa question… la liste des déclencheurs est aussi longue qu’improbable !…

Mais une fois que vous êtes enfin parvenue à sortir de la maison pour faire les courses ou aller au parc, c’est (presque) comme si rien ne s’était passé !

Si vous avez lu ce qui précède, vous imaginez le parfait cocktail explosif : le moment de partir de en fin de journée, la petite sortie rapide que vous vouliez faire juste avant l’heure du déjeuner…

Et si tout n’avait pas basculé par hasard ?

#3 Les moments qui suivent des périodes d’exposition à des stimuli auxquels votre enfant est sensible.

L’hypersensibilité n’est pas l’hyperémotivité.

L’hypersensibilité, c’est cette réaction forte à des stimuli sensoriels (visuels, tactiles, auditifs, …).

Selon les enfants, ça peut être ce pull qu’il faut retirer à peine enfilé (« parce qu’il me gratte trop ! »), ces lumières qu’il ou elle trouve trop éblouissantes, ces éclats de voix qui le font sursauter.

Bruit, odeurs, lumières, … c’est la réaction à ces stimuli qui va déclencher l’hyper-susceptibilité, le côté « à fleur de peau » ou les émotions intenses qui semblent caractériser depuis toujours votre enfant.

Quand on perçoit que leurs seuils de tolérance peuvent être (vraiment très) très bas, on peut être amené à changer de regard sur ce que peut déclencher le niveau sonore d’une journée d’école (avec repas à la cantine) ou une séance de cinéma plongé dans le noir?

L’instit’ vous assure que votre enfant est calme en classe alors que vous avez l’impression de le retrouver « monté sur ressorts » ou « comme une pile électrique » ?

Votre enfant a été très attentif pendant tout le spectacle mais gigote dans tous les sens une fois sorti de la salle ?

Et si cette période d’exposition aux bruits ou images vives étaient la cause directe de son état dans les instants qui suivent ? C’est en tous cas ce que constatent de nombreux parents d’enfants hypersensibles.

Les moments qui suivent des périodes d’exposition plus ou moins intenses et plus ou moins prolongées à des stimuli auxquels votre enfant est sensible peuvent devenir des moments « sous haute tension » !

En bonus : Pourquoi ça vaut le coup de repérer ces moments-là ?

Ces moments particuliers de la journée de nos enfants hypersensibles nous jouent de bien mauvais tours :-(

Savoir les repérer s'avère salvateur pour les parents !

Pour comprendre pourquoi c’est difficile pour eux à ce moment précis. Et ça change déjà beaucoup de choses, parce que ça évite de laisser s’installer des pensées comme « il se fiche de moi : il y a 10 minutes tout allait bien et là c’est le drame !! » ou encore « je n’arrive pas à le calmer, je ne suis pas une bonne mère ».

Pour mieux anticiper et définir un « plan B » pour ce qui ne peut être évité. Savoir d’avance à quoi être attentif et cerner les difficultés (par exemple : prendre le temps quand on se sent pris dans la course infernale des fins de journée) permet de découvrir comment réagir au mieux au quotidien.

Et chez vous ? Quel est le créneau où éclatent le plus souvent les « tempêtes émotionnelles » de votre petit hypersensible ?

Téléchargez mon eBook gratuit pour faire le point sur les moments les plus "cool" et les plus "chauds" de votre vie de parent.

Créneau "bain-repas-coucher", départs le matin, ... J'ai recensé 20 moments incontournables de nos journées de parents, qui sont les "temps-forts" de notre quotidien avec de jeunes enfants.

Découvrez les moments auxquels être attentifs et mettez toutes les chances de votre côté de vivre un quotidien paisible avec vos enfants !

Cet article vous donne envie d’aller plus loin ?

  • Vous reconnaissez votre enfant et vous vous demandez comment vous pourriez aider concrètement votre enfant hypersensible au quotidien ?
    • J’ai créé le forfait Rescue pour aider les parents à mieux réagir face à des difficultés ciblées, et notamment l’hypersensibilité.
    • Si vous vous vous demandez ce que le coaching parental pourrait vous apporter concrètement et quels changements en attendre, je vous invite à me contacter pour une séance découverte offerte.
  • Si vous vous intéressez à l’hypersensibilité chez l’adulte, je vous conseille la lecture de « Hypersensibles. Mieux se comprendre pour s’accepter » d’Elaine Aron

L’auteure. Je suis Céline Syritellis et je suis coach parentale. J’ai créé Paizi pour aider les parents à retrouver un quotidien paisible avec leurs enfants. Je leur propose des solutions personnalisées pour profiter du quotidien avec leurs enfants et construire avec eux une relation riche et solide, qui leur permettra de devenir plus tard des adultes épanouis.

Crédit Photo : Erik Odiin pour Unsplash

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly