Return to site

Dessiner. Juste dessiner.

· Profiter ensemble

Au départ, il y parent, son ou ses enfants et une envie de dessiner.

Chronique d’un désastre.

Vous êtes tentée par une activité autour du dessin ? Alors entre Pinterest, Facebook et instagram, vous partez à la recherche d’une idée pour votre projet dessin. La suite de l’histoire, on la connaît : vous errez de site en site, remplissez votre panier à idées, noircissez des lignes sur votre liste. Vous êtes séduite par l’une ou l’autre des idées mais il vous manque du papier de couleur, une peinture à paillettes ou des ciseaux à crans. Vous réussissez tout de même à sélectionner une idée à peu près adaptée à l’âge de vos enfants et dont le résultat présenté vous plaît. Vous vous imaginez poster à votre tour un beau cliché sur les réseaux sociaux. À ce stade, vous avez passé au moins une trentaine de minutes sur votre projet de dessin. Ce temps-là, vous ne l’avez pas encore passé avec vos enfants mais ça n’est pas vraiment du temps pour vous non plus.

Arrive le jour J. Vous proposez votre idée à vos enfants qui sont plus ou moins partants. Vous sortez au fur et à mesure le matériel nécessaire. Eux s’en emparent avec enthousiasme. Ils réclamment les couleurs qui leur plaisent, commencent déjà à manier les ciseaux tandis que vous réclamez leur attention pour une explication-démonstration fastidieuse. Vous les trouvez peu attentifs et trop pressés de s’y mettre. Vous tentez de canaliser les choses mais quinze minutes plus tard, vous voyez s’évanouir la possibilité d’arriver à un résultat à l’image de ce que vous aviez espéré. Quand l’un s’impatiente pour récupérer le feutre bleu tandis que l’autre déchire son oeuvre pas assez réussie à son goût, vous touchez le fond de votre réservoir de patience. Excedée, vous remballez précipitemment. Peut être même que vous marmonnerez quelques regrets à voix haute, ceux qui commencent par « C’est toujours pareil » ou par « on peut jamais ». Mais surtout, vous commencez à vous en vouloir.

Vous leur en voulez de ce désastre mais au fond vous êtes d’abord en colère contre vous-même : « on ne m’y reprendra pas », « Pour qui je me suis prise ? », « Pourquoi ça on n’arrive jamais même résultat que sur la démo ? ». Passée cette première vague de colère, la culpabilité s’installe. Vous avez encore une fois perdu patience. Pourtant, tout ce que vous vouliez, c’était leur faire plaisir…

Dessiner, juste dessiner.

Spontanément, les enfants se lancent dans ce qui leur plaît, ce qui les inspire.

Dessiner c’est bien quand c’est un plaisir, quand c’est simple. Surtout quand les enfants sont encore jeunes. A qui cherche-t-on à faire plaisir quand on s’embarque dans des projets ambitieux ?

Un tas de feuilles blanches, éventuellement quelques pages de coloriages et une boîte à crayons peuvent suffire. Pas de DIY, pas de modèle, pas de concours. Juste crayonner. Spontanément, les enfants se lancent dans ce qui leur plaît, ce qui les inspire. Si ça n’est pas votre talent naturel, laissez le reste aux assistantes maternelles, aux instits ou aux profs d’arts plastiques.

Installez le matériel de façon pratique ET inspirante.

Pour que ce soit pratique

On se simplifie la vie quand chacun a du matériel à portée de main. Des boîtes de feutres ou de crayons (avec le taille-crayons) à se répartir et un tas de feuilles central.

Privilégiez le dessin libre : c’est adapté à tous les âges.

Pour initier au dessin les plus jeunes enfants (avant l’école maternelle), il y a plusieurs possibilités mais l’idéal est de faire ensemble :

  • Partager une même feuille sur laquelle l’adulte griffonne quelques formes familières ou faciles à dessiner que l’enfant reconnaît puis gribouille à sa façon (ne nous formalisons pas).
  • Proposer un coloriage sur lequel l’adulte montre comment appliquer les couleurs.
  • S’amuser avec les couleurs qu’on applique en tâches colorées, en lignes ou en dégradés pour une découverte sensorielle. 

Pour que ce soit inspirant

L’idéal est de proposer du matériel en bon état, qui donne envie de s’en servir. On retire les feutres essouflés et les crayons trop courts pour tenir correctement dans la main.

Pour stimuler leur sens de l’esthétique, on peut même - si leur coeur nous en dit - prendre soin de les disposer par couleurs. Soit dans leur pochette d’origine (ce beau dégradé arc-en-ciel qui vous a donné envie de l’acheter), soit dans des pots différents.

N’hésitez pas à vous lancer vous aussi : nous voir crayonner leur donne souvent l’envie de s’y mettre aussi et stimule leur créativité.

Pour profiter du temps ensemble

Asseyez-vous côte à côte. Ça durera le temps que ça durera. L’important c’est qu’il y ait un début et une fin.

Peu à peu le calme s’installe. On s’apaise au fur et à mesure que le dessin prend des couleurs, qu’on ajoute des détails.

Il y a des moments de silence, des moments où les langues se délient tandis que chacun est penché sur sa feuille.

En tant qu’adulte, savourez aussi le plaisir de les observer : les progrès réalisés, les sujets de prédilections, les histoires qu’ils racontent, … L’attention que vous accordez à leurs productions respectives vaut tous les compliments. Décrivez ce que vous voyez (« C’est un paysage coloré », « tu as même pensé aux détails »), faites part des progrès constatés (« ils sont perfectionnés tes bonhommes maintenant ») et posez des questions (« c’est là qu’il dort le chat ? »).
Une fois le dessin terminé, montrez la valeur que vous lui accordez en lui offrant un affichage temporaire sur le frigo ou en le glissant bien à plat dans une pochette où les conserver.

Si vraiment les idées manquent...

Quand il manque l’inspiration pour se lancer, voici deux idées simples pour dépasser les blocages et se lancer :

Des lignes abstraites à colorier. Promenez un feutre noir sur votre feuille et faites-lui dessiner en un seul trait des boucles et des entrelacs. Remplissez ensuite les espaces ainsi formés de couleurs différentes.

Une forme à transformer. Les yeux fermés, tracez une forme simple et rapide sur la feuille. Ouvrez les yeux. Imaginez ce que cette forme pourrait représenter et complétez le dessin.

En manque d'idées pour dessiner avec les enfants ?

Vous êtes inspiré(e) ? Testez et partagez vos impressions avec #lesactivitésPaizi.

L’auteure : Je suis Céline Syritellis. J’ai mille et une idées simples & essentielles pour permettre aux parents de profiter du temps avec leurs enfants.

Je suis coach parental. J'ai créé Paizi pour aider les parents à vivre un quotidien paisible avec leurs enfants.

Suivez Paizi sur facebook pour trouver les clés qui vous permettront de retrouver du plaisir dans le quotidien avec vos enfants.

Crédit Photo : Céline Syritellis / Paizi

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly